La légende du bonhomme Sept-Heures

Autrefois , pour faire rentrer les enfants à la maison, les parents n'avaient qu'à leur dire :"Dépêchez-vous! Le bonhomme Sept-Heures s'en vient"!  Effrayés, les  enfants  abandonnaient leurs jeux et obéissaient à leurs parents. Mais qui est ce  bonhomme dont ils avaient si peur ?

Un être malfaisant

Le bonhomme Sept-Heures  est un personnage légendaire québécois. C'est un être horrible et redoutable. Il a un nez  crochu, une longue barbe et beaucoup de  poils piquants sur le corp. Il porte un bonnet à cornes, trois ou quatre manteaux les uns par-dessus les autres et un  grand sac sur l'épaule. Le bonhomme  Sept-Heures  vit loin des humains. Il habite souvent au fond d'une caverne , dans  le froid et l'obscurité totale.Il ne sort de la maison qu'à la  nuit tombée  et il  parcourt les routes  à pied.

Quand sept heures sonnent

A sept heure , comme son nom le suggère, il s'approche des maisons. Lorsqu'il rencontre des  enfants sur son chemin, il les met dans son grand sac. Parfois, le bonhomme Sept-Heures se cache sous les perrons et attend  que sept heures sonnent. L'heure venu , il pénètre dans les maisons et enlève les enfants turbulents qui ne sont pas encore au lit.


 

D'où vient l'expression «Bonhomme Sept-Heures» ?

 Il existe deux hypothèses : l'une est de souche anglaise, l'autre française.  Le Bonhomme Sept-Heures, ce personnage inquiétant qui enlevait les enfants qui ne voulaient pas aller se coucher serait l'adaptation québécoise de l'anglais bone-setter, c'est-à-dire le rebouteur des campagnes anglo-américaines.  Ce personnage insolite aurait été choisi pour personnifier auprès des enfants, les peurs et les mystères de la nuit.  La pratique de son art, replacer des os, devait déjà susciter gémissements et grincements de dents chez ses patients.

L'autre explication est la suivante.  Dans plusieurs régions de France au XIXe siècle, on relève la présence d'un Bonhomme Basse-Heure pour désigner ce genre de personnage.  Basse-heure désigne tout simplement la tombée du jour, le crépuscule, soit exactement sept heures.  Vers 1960, selon une enquête linguistique réalisée en Franche-Comté, on appelait encore Couche Huit-Heures le personnage fantastique qui fait peur aux enfants pour qu'ils se couchent tôt.